Skip to main content
Staff Portal Staff Portal

Transcription textuelle: Enseignement des compétences comportementales aux apprenants

Avez-vous déjà tenté d’enseigner à un apprenant à s’amuser dans un nouveau module de terrain de jeux, à interrompre une conversation de façon convenable, ou à approcher un pair afin de lui demander de jouer?

Si vous avez déjà éprouvé de la frustration en essayant d’enseigner ces types de compétences, ou d’autres, l’information que je suis sur le point de vous transmettre vous sera utile.

Avant de décider s’il s’agit de la bonne stratégie pour enseigner une compétence à votre apprenant, posez-vous les questions suivantes : 1. Pour enseigner la compétence souhaitée à l’apprenant, ce dernier doit-il adopter un comportement ou faire une tâche ou une activité en particulier?

Certaines compétences sont davantage axées sur ce que l’apprenant « sait » plutôt que sur ce qu’il peut « faire ».

Par exemple, passer un test d’histoire ou chanter une chanson exigent des connaissances particulières.

La stratégie sur laquelle nous miserons aujourd’hui, toutefois, vise à travailler sur les compétences qui nécessitent que l’apprenant prenne des « actions » ou accomplisse une tâche ou une activité précise.

L’apprenant est-il en mesure d’exécuter toutes les composantes de cette nouvelle compétence?

Nous appelons parfois ces composantes de la compétence des « prérequis ».

À titre d’exemple, si je veux enseigner à un apprenant ayant un TSA à engager une conversation avec un pair, je dois déterminer s’il possède les prérequis pour y parvenir ou s’il est possible de lui enseigner à réunir ces composantes de base.

Je dois m’assurer qu’il comprend l’espace physique adéquat, qu’il est capable de regarder l’autre personne, de poser une question sur un thème approprié, d’attendre une réponse et ainsi de suite.

L’apprenant possède-t-il les habiletés nécessaires pour comprendre une explication, un modèle et un jeu de rôle afin de savoir comment maitriser cette compétence?

En d’autres mots, l’élève possède-t-il le vocabulaire et les capacités langagières pour comprendre l’explication?

A-t-il la faculté de porter attention à un modèle, puis de l’imiter?

Si vous avez répondu « oui » à ces trois questions, voici une stratégie qui a fait ses preuves et qui se nomme : « enseignement des compétences comportementales » ou ECC.

Il s’agit d’un processus simple, en cinq étapes, d’enseignement d’une compétence.

Voici les étapes clés :

1. Décrire la compétence que vous voulez que l’apprenant maitrise dans des mots qu’il peut comprendre.
2. Modeler ou présenter la compétence à l’apprenant.
3. Répéter, ou faire en sorte que l’apprenant mette en pratique la compétence.
4. Offrir une rétroaction, ce qui consiste à féliciter l’apprenant chaque fois qu’il parvient à maitriser une composante de la compétence, ainsi qu’à lui offrir des commentaires constructifs lorsqu’il a besoin de s’exercer davantage pour y parvenir. L’apprenant devrait continuer à essayer de développer cette compétence et vous devriez continuer à lui offrir de la rétroaction jusqu’à ce que celle- ci soit bien maitrisée.
5. Observation dans le milieu naturel, ce qui signifie que vous voulez voir l’apprenant développer cette compétence dans le milieu dans lequel il serait généralement appelé à la mettre en pratique.

Cela semble facile, n’est-ce pas?

Souvenez-vous qu’il existe une différence entre donner de l’information et enseigner des compétences.

Divisons le processus d’ECC en plusieurs étapes et jetons un coup œil à la façon de le mettre en œuvre.

L’enseignante va utiliser l’ECC pour enseigner à Marcus à demander de l’aide à son enseignant de façon adéquate.

La première étape consiste à décrire la compétence que vous voulez voir l’apprenant maitriser.

Il est important de diviser la compétence en plusieurs composantes, ou de créer une analyse de la tâche et d’en définir les étapes clairement.

Il pourrait être utile que vous écriviez toutes les étapes pour vous-même en premier lieu, puis que vous répétiez la compétence, en suivant les étapes telles que vous les avez inscrites, afin de vous assurer que vous avez inclus toutes les étapes et que ça a du sens.

Ou à tout le moins, prenez le temps de franchir chacune des étapes mentalement de sorte à les expliquer aussi simplement et clairement que possible à l’apprenant.

Si l’apprenant sait lire, il peut être utile de lui fournir une description écrite des étapes.

Selon les capacités de langage et de compréhension, il pourrait également être utile d’utiliser des soutiens visuels.

Dans cette vidéo, l’enseignante décrira à Marcus les étapes nécessaires afin de faire une demande d’aide à son enseignant.

Enseignante – OK, Marcus.

Tu sais j’ai parlé avec ton enseignante, puis elle m’a dit que des fois cela arrivait que dans la salle de classe, pendant que tu travailles, tu as de la difficulté à faire des choses, puis là quand tu as de la difficulté, tu arrêtes de faire ton travail, mais tu ne demandes pas d’aide.

Puis là bien la madame, elle ne peut pas savoir que tu as besoin d’aide si tu ne lui demandes pas.

Aujourd’hui, on va trouver une manière de faire que tu puisses demander de l’aide de madame quand tu as de difficulté.

OK?

Fais que ce que je vais te demander de faire, c’est quand tu es en train de faire ton travail, puis que tu as de la difficulté, tu déposes ton crayon sur la table, tu lèves la main, bien haut, tu ne dis rien, puis tu attends que madame vienne.

Puis tu sais des fois ça se peut que ça prenne une minute ou deux que madame vienne, mais tu attends patiemment, puis là elle va voir ta main, puis elle va venir te voir.

Puis là, tu ne fais pas, « Madame!» OK?

Parce que ça peut déranger les autres.

Alors, tu laisses la main levée, puis tu attends qu’elle vienne, et elle va venir t’aider.

Penses-tu que tu peux faire ça?

Marcus - Oui Enseignante – OK.

On va essayer.

Maintenant que les étapes à suivre afin d’exécuter la compétence ont été décrites à l’apprenant; la prochaine étape du processus d’ECC consiste à montrer, ou à modéliser, comment mettre cette compétence en œuvre.

Il existe deux façons différentes de faire ceci.

La première option est de faire la démonstration de la compétence dans une situation de jeu de rôle, dans le cadre duquel le membre du personnel joue le rôle de l’apprenant qui réalise la compétence et l’apprenant observe.

Regardons maintenant ce à quoi cela pourrait ressembler.

Dans cette capsule vidéo, vous verrez l’enseignante jouer le rôle de Marcus et elle exécutera la compétence qui consiste à demander de l’aide selon les étapes qu’elle vient tout juste d’expliquer.

Dans certains cas, vous pouvez demander à l’apprenant de jouer le rôle de l’autre personne ou de l’adulte dans le scénario de jeu de rôle.

Sans égard à l’approche que vous avez choisie, il est important que l’apprenant prête attention, qu’il observe la compétence réalisée adéquatement et que le modèle représente ce que les apprenants typiques diraient ou feraient dans une telle situation.

Pour certains apprenants, il peut également être utile de montrer ce dont la compétence aurait l’air si elle n’était pas réalisée correctement et de demander à l’apprenant de désigner les exemples corrects et incorrects.

Vous devriez convenir de la meilleure approche pour votre apprenant en fonction de ses forces et de ses besoins uniques.

Dans cette vidéo, nous avons choisi de montrer la compétence dans un jeu de rôle avec deux adultes de sorte que Marcus puisse observer le jeu de rôle et se concentrer sur ce que l’enseignante fait.

Dans cet exemple, nous allons seulement montrer la façon adéquate de réaliser la compétence, plutôt que de donner des exemples corrects et incorrects.

Enseignante 1 – OK.

Alors, là, Marcus, on va se pratiquer faire ce qu’on vient de dire.

Donc, lever la main, puis attendre en silence que madame vienne.

OK?

Là ce qu’on va faire, c’est que moi, je vais faire semblant que je suis toi.

Je vais faire mon travail, puis quand je vais avoir de la difficulté, je vais lever la main, puis madame, qui fait madame, va venir m’aider.

OK?

Fais qu’on va voir comment ça fonctionne.

Ça va?

Marcus – Hum, hum.

Enseignante 1 – Ok.

Alors, regarde bien.

Enseignante 2 – Oui?

Enseignante 1 – Madame, j’ai de la difficulté avec celui-là.

Peux-tu m’aider?

Enseignante 2 – Mais oui.

Enseignante 1 – OK.

Une des autres options pour montrer la compétence est d’utiliser un modèle vidéo.

Dans ce cas, vous auriez quelqu’un qui participerait à l’avance à une scène de jeu de rôle semblable et la scène serait enregistrée.

Ensuite, vous pourriez faire jouer la vidéo pour Marcus afin qu’il la regarde et qu’elle lui serve de démonstration.

L’approche que vous utilisez dépend de chaque apprenant, des caractéristiques de l’environnement et des ressources disponibles.

Si votre apprenant est très intéressé par les vidéos ou les films, un modèle vidéo peut être plus efficace, car l’apprenant peut être plus attentif à une vidéo qu’à un jeu de rôle en direct.

Un autre élément à considérer pourrait être le nombre de fois que vous devez montrer la compétence à l’apprenant.

Si l’apprenant nécessite plusieurs démonstrations de la compétence, l’enregistrement vidéo peut s’avérer une bonne idée, car il vous permettra de montrer exactement le même scénario plusieurs fois de suite.

Essentiellement, il importe de tenir compte de tous les facteurs et de prendre la meilleure décision pour chaque apprenant et chaque situation.

On trouve sur le marché des vidéos qui montrent comment réaliser des compétences bien précises auxquelles vous pourriez jeter un coup d’œil.

Une fois que vous avez déterminé que l’apprenant est prêt à mettre à l’essai la compétence, la prochaine étape consiste à faire répéter celui-ci dans une situation de jeu de rôle.

Cela permet à l’apprenant d’exercer la compétence dans un milieu sûr sans la pression et l’anxiété souvent associées aux situations concrètes.

Dans la prochaine vidéo, vous verrez Marcus s’exercer à demander de l’aide.

Après que Marcus se sera exercé à réaliser cette compétence, l’enseignante lui donnera des commentaires à propos des étapes qu’il a suivies correctement et de celles sur lesquelles il doit continuer de travailler.

Enseignante – Ok.

Alors là Marcus, on va se pratiquer de nouveau, mais maintenant c’est toi qui vas faire Marcus, puis moi, je vais faire semblant que je suis l’enseignante.

OK?

Alors, n’oublie pas tu vas faire une feuille de travail, puis quand tu as de la difficulté, tu vas lever la main, en silence, sans dire un mot, sans faire ça comme ça.

Puis moi, je vais être là-bas, puis je vais venir t’aider.

OK?

Puis tu vas attendre patiemment que j’arrive.

Ça va?

Marcus – Oui.

Enseignante – OK.

Alors, commence ta feuille.

On va essayer ça.

Marcus – Madame!

Enseignante – Oui.

Marcus – J’ai… J’ai de la misère sur ce problème ici.

Enseignante – OK.

Je peux t’aider avec ça.

Mais avant que je t’aide, je vais juste revoir.

Tu as bien fait ça – tu avais de la difficulté, tu as déposé ton crayon, tu as levé la main, puis là, à un moment donné, tu es devenu un petit peu impatient?

Hum, puis tu as dit, « Madame.

» On avait dit qu’on ne ferait pas ça.

T’en souviens-tu?

On va réessayer, de nouveau ce problème-là.

Tu vas refaire ton problème.

Je vais retourner là-bas, puis cette fois-là, quand tu vas lever la main, tu ne vas pas dire « Madame.

» Tu ne vas pas faire aller ta main.

OK?

Enseignante – On va essayer de nouveau.

OK.

Essaie ça.

Enseignante – Oui?

Marcus – J’ai besoin de l’aide pour ce problème ici.

Enseignante – Oh, je peux t’aider avec ça.

Mais, avant que je t’aide, je veux te féliciter Marcus!

Tu as vraiment bien fait ça.

Tu as levé la main, tu es resté en silence, tu as attendu patiemment que je vienne.

Je te félicite!

Vas-y, oui mon gars, tu as bien fait ça!

OK, maintenant tu as besoin de l’aide.

C’est avec celui-là que tu as besoin de l’aide?

Marcus – Oui.

Enseignante – OK.

Vous avez peut-être remarqué, dans la vidéo, qu’il a fallu quelques répétitions avant que l’apprenant maitrise bien la compétence.

Il est possible qu’on doive consacrer du temps, faire des répétitions et fournir une rétroaction avant que l’apprenant soit en mesure de réaliser cette compétence adéquatement.

Selon la complexité de la compétence ainsi que les forces et les besoins de chaque apprenant, une seule répétition pourrait être nécessaire, ou peut-être qu’il en faudra plusieurs.

Vous pouvez également fournir certaines incitations au besoin, pendant le déroulement de cette étape, afin d’aider l’apprenant à réaliser la compétence adéquatement.

Toutefois, si vous fournissez des incitations à l’apprenant, assurez-vous de les estomper à mesure que ce dernier devient de plus en plus autonome dans la réalisation de cette compétence.

Quoi qu’il en soit, il est important de poursuivre le cycle de pratique et de rétroaction jusqu’à ce que l’apprenant réalise la nouvelle compétence adéquatement, puis de terminer lorsque celui-ci a un bon rendement.

L’apprenant devrait recevoir de multiples félicitations détaillées pour les composantes de cette compétence qui sont réalisées adéquatement et l’adulte devrait aider l’apprenant à cibler la façon de corriger les composantes qui ont besoin d’être améliorées.

Avec bon nombre d’apprenants, vous serez en mesure de fournir les explications, de procéder au modelage et de fournir des occasions de s’exercer à l’intérieur d’une séance de 15 à 20 minutes.

Cela dit, certains apprenants peuvent avoir besoin de plus de temps et de plus de séances de pratique pour maitriser une nouvelle compétence.

Il y a une autre chose importante à considérer dans le cadre du processus d’ECC.

Comme vous avez procédé à la répétition et à la rétroaction dans une situation de jeu de rôle, vous voudrez également vous assurer que l’apprenant exécute cette compétence dans le milieu naturel.

Ce n’est pas parce que Marcus maitrise la compétence dans un jeu de rôle qu’il sera nécessairement en mesure de la réaliser parfaitement en salle de classe.

Puisque l’environnement de la salle de classe est très différent du contexte du jeu de rôle, nous voudrons que Marcus demande à son propre enseignant de l’aider de façon adéquate dans le milieu dans lequel il aura réellement besoin de cette compétence.

Cela peut nécessiter des possibilités supplémentaires de pratique et de rétroaction en salle de classe.

Les parents, les membres de l’équipe scolaire et d’autres personnes avec qui l’apprenant interagit au planifier des occasions de mises en pratique tout au long de la journée.

On peut également recourir à du renforcement et à des stratégies supplémentaires comme des diagrammes, des tableaux de jetons ou des procédures d’auto-évaluation pour encourager l’apprenant à continuer à s’exercer à utiliser la nouvelle compétence.

Comme vous pouvez le voir, l’utilisation de l’approche d’enseignement des compétences comportementales pour aider votre apprenant à acquérir des compétences particulières exigera du temps et de la planification, mais les résultats valent généralement l’investissement.

Si vous prenez l’habitude de recourir à ce processus lorsque vous souhaitez enseigner une compétence, l’apprenant sera beaucoup plus enclin à réussir et vous économiserez beaucoup de temps à long terme.